La portabilité de la prévoyance et de la mutuelle

Pour éviter une rupture de tout ou partie du bénéfice des garanties complémentaires santé et prévoyance des salariés en cas de rupture de leur contrat de travail, il est instauré par la législation sociale une portabilité de ces droits.

Pour éviter une rupture de tout ou partie du bénéfice des garanties complémentaires santé et prévoyance des salariés en cas de rupture de leur contrat de travail, il est instauré par la législation sociale une portabilité de ces droits.

A la fin du contrat de travail, l’employeur a l’obligation d’informer le salarié concerné du maintien de ces garanties dans le certificat de travail. L’employeur informe également son (ses) organisme(s) assureur(s).

Sont concernés les salariés :

  • dont la rupture du contrat de travail ouvre droit à indemnisation auprès du régime d’assurance chômage (tous les licenciements sauf faute lourde, les ruptures conventionnelles, les fins de CDD, les ruptures de contrat d’apprentissage et de professionnalisation, les démissions considérées comme légitimes) ;
  • l’ancienneté est arrondie au nombre supérieur, ainsi un salarié ayant un CDD de 15 jours bénéficiera d’une portabilité d’un mois.

Le bénéfice du maintien des garanties est accordé gratuitement pour une durée égale à celle du dernier contrat de travail, appréciée en mois entiers, dans la limite de 12 mois (ou plus dans certains cas : par exemple 36 mois pour la PROBTP qui gère le secteur bâtiment).

Le salarié perd son droit au bénéfice de la portabilité : dès qu’il retrouve un emploi ou en cas de radiation des listes du Pôle Emploi.

En pratique, l’ancien salarié doit fournir à l’organisme assureur concerné de l’employeur la justification de sa prise en charge par le régime d’assurance chômage. Il doit également informer cet organisme de la cessation du versement des allocations du régime d’assurance chômage lorsque celle-ci intervient au cours de la période de maintien des garanties.

Financement du maintien des garanties :

Le dispositif légal de la portabilité s’appuie sur un financement par mutualisation. Autrement dit, c’est le contrat des actifs (contributions patronales et salariales du contrat) qui paye le maintien des garanties aux salariés sortis. Le salarié sorti ne doit rien payer après avoir quitté l’entreprise. 

Contenu rédigé par : Anna

Mis à jour le 3 avril 2019

Partager ce contenu :

Articles liés

21 déc. 2017
Comment choisir sa mutuelle d'entreprise ?
Depuis Janvier 2016, toutes les entreprises ont pour obligation d'assurer leurs employés. L'assurance collective souscrite devra être prise en char...
16 fév. 2018
Choisir sa prévoyance
Après avoir lu ce guide vous saurez tout sur les contrats de prévoyance et comment les choisir!
06 juil. 2018
Comment sont calculés les tarifs de l'assurance prévoyance pour entreprise ?
Les salariés d'une entreprise ou les TNS souscrivent souvent à une assurance prévoyance.
16 nov. 2018
Part employeur et part salarié dans les cotisations des mutuelles santé
Comment se répartit le paiement par l'employeur de la mutuelle et celui des salariés ?
27 fév. 2019
Comment trouver le code de l'organisme de rattachement ?
Qu'est ce que le code de l'organisme de rattachement ? Quel est votre code de rattachement ?
03 avr. 2019
Prévoyance complémentaire : notice d'information obligatoire
L'employeur doit remettre aux salariés une notice d'information définissant les garanties et formalités en cas de sinistre.
Guide sur La portabilité de la prévoyance et de la mutuelle
4.9 / 5 - à partir de 82 avis.